Chine | Sécession des élites et révolte des masses

Emmanuel DUBOIS de PRISQUE, Chercheur associé à l’Institut Thomas More

le-debat

Publié dans Le Débat, n°184, 2015/2, mars-avril 2015

Lire la publication | Accès payant (3,49 €) sur le site du Débat  

Dans son ultime ouvrage, La Révolte des élites, l’écrivain américain Christopher Lasch décrit comment les caractéristiques que José Ortega y Gasset attribuait aux masses européennes des années 1930 (La révolte des masses, 1929), sont devenues, à la fin du XXe siècle, celles des élites occidentales. Publié au milieu des années 1990, alors que la chute du mur de Berlin semblait donner la victoire définitive au capitalisme anglo-saxon, La Révolte des élites dresse le portrait impitoyable de celui qui, appartenant à la nouvelle classe intellectuelle et managériale, se comporte en « enfant gâté de l’histoire humaine », « privé de toute compréhension de la fragilité de la civilisation ou du caractère tragique de l’histoire ».

A vingt ans de distance, il est possible de constater que conformément à l’intuition de Lasch, ce phénomène de sécession des élites et de réaction « populiste » a touché non seulement l’Europe, mais aussi d’autres parties du monde, en particulier la Chine, dont il sera question dans cet article.