Mali | Quelles leçons après deux ans d’engagement international ?

Rencontres de CybeleLe 20 juin dernier, l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali était signé par la Coordination des mouvements de l’Azawad. Étape importante dans le processus de sortie de la crise ouverte en 2012, que peut-on espérer de cette signature ? Sans doute peu de choses, à la lecture d’un texte qui permet d’avancer mais, en soi, ne règle rien. Car les enjeux de réconciliation et de reconstruction, enjeux profonds et de long terme, demeurent. De fait, le pays reste une poudrière, sans confiance entre les acteurs et agité de nombreuses tensions internes qui transcendent l’opposition Nord-Sud.

Antonin TISSERON, Chercheur associé à l’Institut Thomas More

Texte de l’intervention prononcée par Antonin TISSERON lors des 6e Rencontres de Cybèle, organisées par l’association IHEDN-Euromed, sur le thème « Le Sahel ou une nouvelle diagonale de coopération entre la France, l’Algérie et la Tunisie », le 10 juin 2015 à Marseille.

Télécharger

Depuis maintenant trois années, le Mali est au premier rang des préoccupations internationales avec de nombreuses initiatives pour tenter de rétablir la paix dans le pays : déclenchement d’une opération militaire française destinée à détruire les groupes « terroristes », lancement d’une mission africaine devenue opération de paix des Nations unies réunissant un peu moins de 10 000 hommes, réunion en mai 2013 d’une centaine de bailleurs décidant de mobiliser environ 3,25 milliards d’euros d’aide, enfin médiation pour un accord de paix.

En dépit de ces efforts cependant, la situation ne s’est pas améliorée. Durant l’année 2014, les groupes armés ont multiplié les escarmouches et les opérations de harcèlement dans l’Adrar des Ifoghas, près de Gao, au nord de Tombouctou, dans la forêt de Wagadou, près de Ménaka, dans les environs de Mopti… Ils ont également démontré depuis mars dernier une capacité à mener des actions en plein cœur de la capitale. À tel point que la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) est l’intervention la plus meurtrière de l’histoire de l’ONU avec, au 31 mars 2015, 51 morts et plus de 170 blessés. Plus inquiétant, les violences intercommunautaires et le banditisme sont omniprésents, avec des affrontements récurrents entre les groupes armés. Ainsi, fin avril, dans le nord du Mali, des combattants de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) étaient accusés d’avoir tué une personne et enlevé six autres à l’ouest de Tombouctou, tandis que quelques jours avant le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (GATIA) avait pris le contrôle de Ménaka à l’issue d’un affrontement avec le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

Outre la présence de groupes considérés comme « terroristes », cette persistance des violences pose la question des risques qui demeurent dans le pays et celle de l’efficacité des mesures mises en place pour tenter de les réduire. Dit autrement, quels sont les risques qui pèsent aujourd’hui sur le Mali et son avenir ? Qu’est-ce qui n’a pas marché ? Quelles sont les actions qui peuvent être menées aujourd’hui ?